samedi 6 mai 2017

Louisiane – Jour 1

Le premier véritable jour s’est déroulé à Houma et ses alentours. Si vous cherchez Houma, ça n’est pas très loin de la Nouvelle Orléans. Si vous cherchez Houma dans l’histoire, c’est issu de la tribu Amérindienne éponyme. Après, il faut ajouter la colonisation et l’exploitation maritime local : poissons et huîtres.





Mais avant de s’y rendre, nous avons fait un crochet par l’ancienne gare de Shriever. Au programme, vieux bâtiment, métal rouillé, rails, et désertification. Un croquis et quelques photos plus tard et nous nous sommes retrouvés tous les quatre sur la plantation d’Ardoyne. Bel édifice de style gothique construit en 1893 mais fermé ce jour-là au public. Peut-être par systématisme, j’en ai fait un croquis et quelques photos. Enfin, avant de rejoindre le downtown historique de Houma, nous avons fait une autre escale dans une plantation… elle aussi fermée. Enfin, Houma.






Houma donc, son centre historique le long du cours d’eau issue du bayou. Ses tortues, son alligator et son white trash. Comprendre par-là,  un type du nom de Reggie fier de ses racines bien proprement blanches, qui nous a expliqué deux ou trois choses sur Houma, dont l’adresse d’un club de musique bien dans lequel on ne se tape pas dessus. Un homme sympathique (qui nous a tout de même réclamé deux dollars car il est sans logement), mais nous avons trouvé mieux à Houma : son petit musée local, son « Le petit théâtre » à la façade amicale, son hangover (burger) local, ses maisons des plus modestes au plus chics et son soleil…


Après cette agréable visite, nous avons tout de même visité l’extérieur d’une autre plantation. Grandes demeures d’un autre temps imposant leur argent et leur grandeur aux plus petites où vivaient les esclaves. Première rencontre avec une autre époque, violente….



Et au milieu de tout ça, des églises, comme si il y avait un concours de multiples personnalités entre dieu et lui-même pour flatter son propre égo. Impressionnant comme les routes presque sans fin, et cette verdure partout. Il y a aussi ces gens de Louisiane très avenant. Comme notre logeuse si amicale, si étonnée de tout, si heureuse de recevoir un livre de Christophe. Tellement qu’elle nous propose un verre. Nous nous rendons dans son immense maison (de luxe) où on comprend bien qu’elle aussi est croyante avec toutes ses pancartes «believe », « god » etc. 



Notre logeuse, si amicale nous dit que c’est la reine de la cuisine et nous invite à rester. On dit oui et nous passons un moment agréable, un peu décalé, voire étrange à tenter de lui apprendre dans la langue de Molière bien des mots qui ne se traduiraient pas en cadien. Heureusement, la soirée se termine par le tarif de chaque assiette à payer. Et oui, ce n’était pas gratuit. Les petits signes s’étaient multipliés durant la soirée, mais nous avons été assez naïfs. Dommage. Nous avons profité de la piscine, du logement, du soleil et du jardin… Nous avons surtout terminé la soirée tous les quatre avec un petit verre de rhum pour nous réconforter de l’entourloupe. Et de véritables personnes généreuses et amicales, on en a rencontré tout le temps, plus que ces deux exemples « exotiques ».
Le jour suivant, c’est BAYOU !!!! (et aussi camps d’esclaves et véhicules d’un autre temps).

Note : on remerciera Christophe pour les playlists musicales en voiture et sa connaissance du terrain, notamment pour les spécialités culinaires : ici, la boulette de pate avec fromage, le tout ayant baigné dans de l’huile bouillante. 4000 % d calories, mais c’est bon !

#LouisianeEnRER

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrire un commentaire (Mis en ligne après modération)